Je n'ai jamais

  Sophrologie, hypnose, kinésiologue, énergéticien, reflexologue, naturopathe, coach de vie … difficile de s’y retrouver. En ce moment, l’effervescences des métiers autour du bien-être est à son apogée. Si cela montre un réel besoin de notre société moderne, les pratiques se déclinent de plus en plus jusqu’à finalement se perdre au milieu de toutes les propositions. Comment savoir ce qui peut vous correspondre selon votre problématique ? Si les pratiques elles-mêmes se perdent, j’imagine que vous aussi. Essayons, ensemble d’y voir plus clair, particulièrement concernant la sophrologie, véritable méthode pour transformer sa vie.

Vivre sa meilleure vie avec la sophrologie 

 Vivre sa meilleure vie c’est quoi ? C’est quand face à chaque turbulence de la vie, vos réactions se font plus sereines. C’est avoir les outils nécessaires et se connaitre assez pour arriver à mener sa vie selon ses propres envies et besoins du moment. C’est vivre l’instant présent en prenant conscience que certaines choses ne nous appartiennent pas et qu’il ne sert à rien de faire de la résistance. Concept trop utopique ? Et pourtant, c’est possible. La sophrologie, en favorisant le développement des capacités physiques et psychiques peut orienter la personne qui pratique cette méthode dans ce chemin de vie. Cette pratique est destinée à ceux qui souhaitent exploiter leurs ressources intérieures, trouver des solutions, en eux, pour résoudre certaines de leurs problématiques, se comprendre , se connaitre et emprunter ainsi le chemin de l’équilibre et de la joie pour vivre sa meilleure vie. 

Je n'ai jamais

La sophrologie, qu’est ce-que c’est?

 La sophrologie est une méthode d’accompagnement basée sur le lien entre le corps et l’esprit. Les exercices inspirés du yoga, de la méditation, des techniques de relaxation de Jacobson et de Schultz et du Zen Japonais installent un esprit plus clair, alerte et calme pour se préparer ou sortir d’une turbulence.
Turbulences ? Mais de quoi parlons-nous ? Par turbulence, j’entends, tout simplement, l’impermanence de la vie. Le mot « simplement » n’est pas très approprié puisque, c’est souvent dans cette impermanence, dans ces moments de changements perpetuels justement, que nous vivons des moments très difficiles qui mettent à mal nos émotions.
La vie n’est pas figée et nous devons constamment faire face à cette réalité. Pour se faire, la sophrologie offre des outils très utiles pour apprendre à se connaitre et gérer ses émotions pour faire face à toutes ces turbulences.

Les outils de la sophrologie

 La richesse de la sophrologie est de n’utiliser aucun outil matériel. Les seules choses utilisées en séance sont votre corps et votre attention, ce qui revient à dire que l’outil d’une séance de Sophrologie n’est que vous-même. A travers cette pratique, le sophrologue vous guide pour vous recentrer sur l’essentiel qui n’est autre que vous. Cette pratique aide la mise en valeurs du potentiel illimité que vous portez à l’intérieur de vous. A travers la respiration, la relaxation, la détente physique et psychique, la visualisation, la concentration, la contemplation, l’imagination positive, la sophrologie vous développe le voyage à l’intérieur de vous-même pour apprendre à vous connaitre. Pour utiliser cet outil qui est notre corps, la sophrologie invite à :

Prendre conscience de sa respiration

La détente musculaire par la relaxation

La visualisation positive

Les relaxations dynamiques

S’ouvrir à l’autosuffisance

La première chose qui m’a sauté aux yeux en ce qui concerne le camp est le soin avec lequel la nature n’a pas été dénaturé. C’est le camp qui s’est adapté à la nature et non le contraire. Le sol est en terre battue. La salle commune est recouverte de tapis de paille tissée. Il y a des petits coussins partout. C’est le lieu de prises de repas, de regroupements et des enseignements bouddhistes. Le dortoir est dans le même style avec des moustiquaires qui recouvrent individuellement des petits matelas. Il n’y a aucun rangement. Chacun a son matelas et gère son espace personnel. Il y a deux toilettes sèches vidées une fois par semaine. Il y a quatre douches en plein air séparées par des murs tissés en bambou. Chaque douche à une poubelle énorme à remplir d’eau tous les matins. Pour se doucher, c’est un seau par personne et pas un de plus. Si un des volontaires prend trop d’eau, les autres n’en auront pas. Il y a un potager où les légumes sont cultivés, nous laissant tout le plaisir de cuisiner des aliments fraichement cueillis. Rien de plus, rien de moins, juste ce qu’il faut pour être heureux. De la bonne nourriture, des personnes pleines d’amour et de tolérance, une attention particulière portée à la protection de la nature et des enseignements de méditation et de yoga tous les jours. Que vouloir de plus. C’est une vraie vie en autosuffisance.

Je n'ai jamais

Développer l’amour au sens large

Dans ce camp, j’ai développé l’amour de la nature. Tous les matins, je lui donnais rendez- vous. Je me persuadais que c’était à partir du moment où le soleil me voyait qu’il se donnait le droit de se lever. Ça me faisait sourire de le penser. En réalité, la nature n’a pas besoin de moi pour se réveiller. Elle n’a besoin de personne. Elle sait ce qu’elle a à faire. Assise au fond du camp, les yeux fermés, je l’écoutais se réveiller. C’est une magnifique mélodie qui se jouait tous les matins et me permettait de me connecter à elle.

Grâce à ce rituel matinal, je me sentais exister dans ce monde. Comme une impression de recevoir toute la beauté de la nature en remerciement de l’attention que je lui portais.

J’ai aussi développé l’amour de moi-même et donc des autres. La méditation et le yoga m’aidaient chaque jour à m’aimer profondément. On ne travaillait pas l’aspect physique mais plutôt l’intérieur et ça change tout. C’est une transformation qui ne se voit pas, qui n’est pas là pour envoyer du rêve ou atteindre une rang social particulier. C’est un changement qui s’opère pour soi. C’est peut-être bien pour cela qu’on a des difficultés à faire valoriser ce style de changement dans notre société focalisée sur l’esthétisme. C’est parce qu’on ne peut pas le montrer que ça n’a aucun intérêt pour certaines personnes.

Et puis, à partir du moment où l’amour de soi est présent, s’en suit l’amour des autres et de la nature. Il y a des choses qu’on ne peut pas expliquer, elles ont lieu, c’est tout.

Je n'ai jamais

S’ouvrir au monde spirituel en vivant l’instant présent

S’ouvrir au monde spirituel ne s’apprend pas dans les livres. On peut y puiser des connaissances, mais bien sûr c’est par l’expérience que ce monde s’ouvre petit à petit. Si je devais donner un conseil pour celui qui veut s’ouvrir au monde spirituel sans avoir la possibilité d’aller en Thaïlande : développer son état de présence. Ce n’est pas pour rien qu’on nous répète souvent : vivre l’instant présent. C’est la porte d’accès du monde spirituel. Séjourner dans ce camp m’a donné tous les éléments nécessaires pour m’ouvrir à un monde davantage spirituel, un monde où les vraies valeurs humaines ont leur place.

Ces articles pourraient également vous interesser

Aucun résultat

La page demandée est introuvable. Essayez d'affiner votre recherche ou utilisez le panneau de navigation ci-dessus pour localiser l'article.

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Angelique Morel

angelique morel

Bienvenue sur mon blog, je suis heureuse de partager avec vous mes réflexions, mes expériences de vie en lien avec le yoga, la sophrologie et le développement personnel.